Critique : Call of Duty: Advanced Warfare

Poster de Call of Duty: Advanced Warfare
Call of Duty se remet à jour

Fiche

Titre :
Call of Duty: Advanced Warfare
Éditeur :Activision
Développeur :Sledgehammer Games
Plate-forme :PC, PlayStation 4, Xbox OneDate de sortie :4 / 11 / 2014
Genre :FPSTesté sur :PlayStation 4
Image de Call of Duty: Advanced Warfare

Le nouveau cheat de COD : on peut désormais des super sauts en pétant comme vous le démontre, le soldat tout à gauche. Attention néanmoins, à ne pas abuser des bonnes choses. Pensez à l’effet de serre.

Critique

Call of Duty hésitait chaque année, il se tâtait, il réfléchissait avant finalement de remettre la chose à l’année prochaine. Mais cette année, il franchit le pas. Oui, Call of Duty a enfin décidé de s’offrir un nouveau moteur graphique. Et c’est parti pour chanter les louanges du jeu. Sauf que…

J’avais lu à droite et à gauche beaucoup de bonnes choses sur la campagne de ce nouveau Call of Duty. Impatient, j’ai lancé le jeu avec la ferme intention d’en découdre avec les nouveaux terroristes. Et paf ! La douche froide. Que dis-je, des glaçons sur les couilles ! Il n’y a pas de sous-titres ! Le commun des mortels s’en fout, mais moi, je suis sourd ! Je me dis que ce n’est pas possible. Ce n’est pas possible qu’en 2014, un éditeur de jeu vidéo puisse daigner sortir sa nouvelle bombe sans penser à intégrer des sous-titres. Je mets donc sur pause et je fais un tour sur le net. J’ai ma confirmation… Non, le jeu n’a pas de sous-titres. Mais, je me suis rappelé d’un autre COD qui n’en avait pas non plus et qu’il suffisait de mettre le jeu en anglais pour en bénéficier. Je passe ma PS4 en ingliche et voilà, la possibilité d’activer les sous-titres dans les options. Évidemment, c’est en anglais, mais vu que je ne me démerde pas trop mal en anglais, c’est mieux que rien. Allez, on recommence la critique, mais je te préviens, j’ai enlevé un point à la note finale pour ce problème.

Vivre, mourir, recommencer

J’avais lu à droite et à gauche beaucoup de bonnes choses sur la campagne de ce nouveau Call of Duty. Impatient, j’ai lancé le jeu avec la ferme intention d’en découdre avec les nouveaux terroristes. Et paf ! Des graphismes superbes. Je m’émerveille devant la finesse des visages. Puis je me rends compte qu’il s’agit d’une cinématique. Ah oui, le jeu est beaucoup moins beau en live. En fait, ce n’est pas du tout du niveau de Killzone: Shadow Fall ou même de Battlefield sur PC. C’est joli, mais on a déjà vu beaucoup mieux. Surtout pour les effets pyrotechniques. Bref, le jeu s’est mis à jour de ce que le PC proposait de mieux… il y a deux ans. Une autre douche froide. Ah voilà donc, comment j’ai attrapé ce putain de rhume qui m’a pourri mon week-end.

House of Headshots

Pour le reste, je n’ai pas trouvé la campagne grandiose. J’ai kiffé Kevin Spacey. Il est superbement modélisé et difficile de ne pas avoir une petite pensée pour Frank Underwood, ce fou de COD que Kevin Spacey incarne dans la série House of Cards. Mais pour le reste, je n’ai pas accroché plus que ça. Malgré une volonté d’offrir au joueur un héros identifiable, je trouve que c’est mal géré. Le héros ne parle jamais durant les missions, mais c’est le cas durant les cinématiques. J’ai eu l’impression d’avoir un jeu schizophrène. Et puis bon, niveau charisme, ça reste un mollusque. Il y a tout de même son pote Gidéon que j’ai apprécié, car j’aimais bien sa coupe, et Cormack, le black sorti tout droit de Crysis. Jouer à ce COD après Alien: Isolation et The Evil Within m’a donné l’impression de faire un pas en arrière. Le jeu n’a pas une super ambiance, son intrigue est basique (prévisible de bout en bout) et les missions n’offrent rien de plus par rapport aux précédents COD.

Call of Elysium

Seule originalité, l’ajout de l’EXO, exosquelette digne du film Elysium, permettant de bénéficier de « pouvoirs » comme le double saut, le bouclier ou une vitesse accrue. Je pourrais m’emballer sauf que ça n’a rien de nouveau. Pleins d’autres FPS les proposaient déjà sous couvert d’un univers fantastique ou de science-fiction. C’est original uniquement si on fait référence aux précédents COD. Pour le reste, les repères sont les mêmes. On notera juste une campagne un poil plus longue, mais rien de folichon non plus. Six heures pour ma part. Après, j’ai fait un petit tour sur le réseau. Ça faisait longtemps que je n’avais pas essayé. Au bout d’une heure, ça m’a saoulé. Donc je ne m’épancherais pas dessus. Tout ce qu’il faut en retenir, c’est du classique (avec l’EXO).

Par Christophe Menat, le .

Image de Call of Duty: Advanced Warfare

Bientôt, on vivra dans un monde où les vieux acteurs revivront. Le Congrès nous avait prévenus.

Conclusion

Call of Duty: Advanced Warfare est dans la lignée de ses frères ainés avec enfin des meilleurs graphismes et la venue d’un Kevin Spacey en grande forme.

+

  • Kevin Spacey
  • Campagne toujours aussi fun
  • Enfin des graphismes à jour…

  • … mais pas à la pointe
  • Histoire plan plan
  • Pas de sous-titres
6/10
Poster de Call of Duty: Advanced Warfare

Poster de Call of Duty: Advanced Warfare

Advertisements
A propos de l'auteur : (2688 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.