Critique : Bridget Jones Baby

Affiche française de Bridget Jones Baby

Bridget Jones: Baby War

Fiche

TitreBridget Jones BabyTitre VOBridget Jones’s Baby
RéalisateurSharon MaguireScénaristesHelen Fielding, Dan Mazer, Emma Thompson
ActeursRenée Zellweger, Colin Firth, Patrick Dempsey
Date de sortie05 / 10 / 2016Durée2h 03
GenreComédie, RomanceBudget35 000 000 $

Après avoir rompu avec Mark Darcy, Bridget se retrouve de nouveau célibataire, 40 ans passés, plus concentrée sur sa carrière et ses amis que sur sa vie amoureuse. Pour une fois, tout est sous contrôle ! Jusqu’à ce que Bridget fasse la rencontre de Jack… Puis retrouve Darcy… Puis découvre qu’elle est enceinte… Mais de qui ???

Photo de Bridget Jones Baby avec Renée Zellweger

Oh l’autre, elle essaie de nous faire croire qu’elle a un an…

Critique

Ah, Le Journal de Bridget Jones. Sans hésiter une de mes ComRom préférées. Même le second opus moyen dont il n’y a peu de doutes sur le fait qu’il est sorti afin de capitaliser sur l’énorme succès du premier n’avait pas entamé mon amour pour elle, mais avait clairement indiqué que faire une suite à une comédie romantique est assurément une affaire casse-gueule (la preuve, c’est très rare). C’est donc d’un œil méchant que j’avais d’abord regardé ce Bridget Jones Baby. Puis, j’avais été soufflé par les très bons retours au point de me dire « Si ça se trouve, ils ont réussi l’exploit de faire une bonne suite. ». Jugeons ça.

Dès ses premières secondes, Bridget Jones Baby fait mouche. Je n’avais pas été autant charmé par une scène d’ouverture depuis Les Gardiens de la Galaxie (oui, rien que ça). L’humour du film fait des ravages, on sent bien que les quinze années de gestation avant d’accoucher de ce bébé ont porté leurs fruits. La première heure est d’une exemplarité peu commune avec une déferlante d’humour symbolisée par une Renée Zellweger qui a sacrément perdu du poids, mais aucunement sa bonne humeur et sa verve. Les mauvaises langues diront que la chirurgie esthétique, hum, hum…

Je ne sais pas s’il faut y voir une relation de cause à effet, mais je trouve de bon ton de préciser que Sharon Maguire, réalisatrice du premier, est de retour derrière la caméra après avoir délaissé sa place à Beeban Kidron pour Bridget Jones: l’âge de raison.

Team Darcy ou Team Qwant

Au rayon des amoureux, on retrouve l’inévitable Monsieur Darcy (Colin Firth, fidèle à sa réputation), mais pas Daniel Cleaver (Hugh Grant) remplacé par l’ex de Grey, Patrick Dempsey dans le rôle de Jack Qwant pour un trio vraiment amusant. L’originalité de cette partie, c’est que d’après la promo du film, plusieurs fins ont été tournées au point que même les acteurs n’ont pas su qui était le père du bébé et qui allait finir avec Bridget jusqu’à l’avant-première du film. Cela se ressent au visionnage, car il est difficile de savoir comment ça va finir et ça ajoute un suspense sacrément sympa et inattendu.

Néanmoins, même si le film est très, très bon et très, très drôle, il a malheureusement quelques longueurs qui viennent un peu plomber le rythme durant la deuxième partie. Il faut dire qu’avec plus de deux heures dans la balance, ça commence à peser. Mais ça ne m’a pas empêché de sortir de la salle de bonne humeur et l’agréable sensation d’avoir eu droit à une conclusion digne pour la blonde britannique la plus pétillante.

Par depuis le ventre de Bridget Jones, le5 octobre 2016.

Photo de Bridget Jones Baby avec Renée Zellweger, Patrick Dempsey et Colin Firth

« Alors comme ça, on n’est pas mort dans Kingsman ? »

Conclusion

Surprise. Bridget Jones Baby est une excellente comédie romantique, arrivant à mon goût au niveau du premier (j’ose carrément oui), permettant d’effacer la déception du second et de conclure à la perfection une trilogie digne de celle de Captain America. Non, je déconne, là (oh, on est fan de Marvel ou pas), mais si vous êtes fans de la blonde, foncez. Vous allez vous régaler.

+

  • Humour dévastateur m’ayant fait lâcher énormément de rires (ça ne m’était pas arrivé depuis un moment)
  • Retrouver l’univers de Bridget Jones, quinze ans après
  • Suspense inattendu

  • Quelques longueurs dans la deuxième partie
Trophée8/10
Advertisements
A propos de l'auteur : (2655 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.