Critique du Baron : Mass Effect Andromeda

Dans une galaxie lointaine, très lointaine…

Fiche

TitreMass Effect Andromeda
ÉditeurElectronic ArtsDéveloppeurBioWare
Plate-formePlayStation 4, Windows, Xbox OneDate de sortie23 / 03 / 2017
GenreAction, Jeu de rôleTesté surPlayStation 4

Critique

Cela faisait un moment que je l’attendais. Fan inconditionnel de la première trilogie, ce jeu qui prenait une autre orientation m’intriguait et dès le jour de sa sortie, je me suis rué pour l’obtenir et pouvoir y jouer. Pourtant, toutes mes espérances ont été réduites à néant en approfondissant le jeu. Plus le temps passait et moins je prenais de plaisir à découvrir l’histoire principale et faire de l’exploration…

600 ans se sont écoulés… L’Initiative Andromède, créé afin de permettre la colonisation d’une autre galaxie, arrive à destination. Vous êtes un(e) Ryder, enfant du Pionner Humain. Vous vous réveillez dans l’arche humaine, l’Hypérion. Et là, commence le drame. À peine sorti de l’hyperespace que vous touchez une masse d’énergie importante qui vous oblige à découvrir l’Habitat 7, la planète pour les humains. Ainsi commence votre histoire d’explorateur.

L’histoire a toujours eu une place importante dans l’univers de Mass Effect. C’est cette histoire qui a créé un univers riche, impressionnant, attachant. Ce nouveau Mass Effect se doit donc de trouver ses marques tout en se détachant de la première trilogie. Et c’est donc l’exploration d’une nouvelle galaxie qui est mise en avant. Le début d’Andromède est moins impressionnant que celui du premier Mass Effect. Il essaie de mettre une ambiance qui n’accroche pas. C’est très long à se mettre en place et j’ai ressenti comme un vide en y jouant. L’effet s’estompera vers la fin uniquement où là, j’ai pu retrouver du Mass Effect. C’est essentiellement pour l’histoire que je joue à ce type de jeu et elle est plutôt banale, m’a fait penser à certains points à celle des Moissonneurs. Je ne trouve pas qu’il y ait de l’originalité…

D’ailleurs, les dialogues sont en surnombre, sont longuet, n’arrivent pas à m’accrocher. Le casting est moins impressionnant aussi. Vos alliés ont certes des mentalités différentes mais ils ne sont pas aussi attachant que les compagnons de Shepard qui avaient de la gueule, faut le dire ! Le doublage est d’ailleurs une catastrophe. Pour les personnages non essentiels au jeu (et j’intègre les PNJ donnant les quêtes secondaires), c’est monotone, sans vie. Même certaines répliques des personnages principaux m’ont fait mal au coeur…

Le premier regard que j’ai eu sur le jeu m’a surpris. La PS4 est déjà sortie depuis un moment et les graphismes environnementaux ne sont clairement pas à la hauteur. Il y a des paysages qui sont magnifiques mais rien d’époustouflant pour autant. Il y a à peine deux ou trois cinématiques qui m’ont vraiment plu. Autant dire que je suis tombé de haut en voyant ça. Je m’attendais à mieux venant de Bioware. Leurs jeux sont toujours excellents… habituellement… Je me dis que ce n’est pas ça qui va me faire arrêter le jeu. Et là, c’est un autre drame qui arrive. Vous devez tous avoir entendu parler de cette polémique sur les expressions faciales… Et bien, c’est véridique ! C’est moche à souhait, on a des expressions étranges, des yeux bizarres, etc. La polémique a tellement enflé que Bioware a sorti un patch le 4 avril 2017 pour rectifier un peu le tir. C’est pas encore ça… Le souci de faire sous-traiter certains éléments importants.

On en arrive sur la musique qui doit aussi poser l’ambiance. Quasi-inexistante, pas de musique qui m’a donné des frissons, encore un point négatif pour ce jeu… Avec des musiques aussi emblématiques que le 3, on aurait pu avoir quelque chose d’extraordinaire ! En plus, le héros est un explorateur, il aurait dû y avoir des tons différents qui auraient pu tout changer ! Mais non, on a surtout des musiques de combat et des bruitages environnementaux…

La folie des jeux à monde ouvert à pousser Bioware à prendre cette route pour l’exploration des mondes. Nous avons des mondes différents, explorable avec ou sans notre nouveau véhicule, le Nomade, regorgeant de quêtes secondaires, de scan à faire à tout va, de créatures nouvelles à éliminer et de planète à terraformer. L’exploration va se résumer à ça sur tout le jeu. C’est très répétitif mais on y prend goût surtout si on veut que les planètes soient habitables à 100%. À la différence du Mako qui n’était pas maniable du tout, le Nomade est plus facile à utiliser grâce à son mode de vitesse et d’exploration. L’action a été revue afin de la rendre plus vivante, exaltante et cela est réussi grâce au jetpack. Ainsi, il vous est plus facile d’esquiver les coups et de sauter à travers des obstacles. En parlant de combat, il faudra bien choisir votre voie au début pour vos pouvoirs. Vous n’en n’aurez que 3 à utiliser. Soit vous êtes plus dans l’aspect du soldat, soit plus dans les pouvoirs biotiques ou bien dans les pouvoirs technologiques. Il y a un choix trop important de pouvoirs qui sont faciles d’utilisation mais nous n’avons que peu de chance de tous les utiliser. C’est bête d’avoir créé autant de choses et de ne pouvoir les utiliser. Surtout que certains pouvoirs permettent d’enclencher des combos et de faire des dégâts assez importants. Le profil de votre personnage sera important aussi afin d’obtenir des bonus intéressants pour les affrontements.

Une autre chose qui m’a fait hurler de douleur sont les bugs. Sur PS4, j’en ai eu tout le temps ! Entre les freezes de 2 secondes, les textures des monstres qui n’apparaissent pas, les quêtes qui ne s’initialisent pas et qui m’obligent à sauvegarder et relancer le jeu et les temps de chargement excessivement long même dans son propre vaisseau, j’ai eu de quoi me tirer les cheveux. Sur PC, ça n’a pas l’air d’être la même chose d’après Marvelll. Il n’a rencontré aucun souci. A croire que le jeu est mal optimisé pour les composants de la PS4.

Par , le13 avril 2017.

Conclusion

Mass Effect Andromeda s’éloigne du ton donné par la première trilogie et essaye de redonner un second souffle à cette licence. Ce n’est pas réussi mais je ne désespère pas à voir une suite plus mémorable.

+

  • Durée de vie intéressante
  • Combat immersif
  • Histoire avec quelques rebondissements agréables…

  • Trop de bugs !
  • Ambiance qui a du mal à se poser.
  • … Mais un peu clichée.
6/10

Advertisements
A propos de l'auteur : (12 articles)

Un geek sur les jeux vidéos depuis le Gameboy quand il eut 3 ans, a continué au point de faire des overdoses sur tous les genres de jeu. A même travaillé dans diverses grandes enseignes de vente vidéo ludique pour vous dire à quel point il a besoin de sa dose !

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.
  • Voilà, j’ai enfin pu finir le jeu. Je ne te cache pas que j’ai fini par rusher à la fin, sautant toutes les quêtes secondaires car j’en avais marre. Bref, je lis ta critique et je m’y retrouve. En fait, en relisant ma critique du deuxième Mass Effect, je retrouve exactement les mêmes problèmes (bugs en moins).

    Le gros problème de ce Mass Effect, c’est que la partie Exploration n’a rien d’extraordinaire. La seule originalité consiste à découvrir les nouvelles planètes et les deux nouvelles races. Pour le reste, on retrouve tellement d’éléments des opus précédents que la phase découverte est très atténuée pour les vieux de la veille. Je n’en parle même pas de la redondance des phases d’exploration qui m’avait déjà saoulé dans le second.

    Concernant l’équipage. Le problème, c’est que les looks des ET n’est que très peu différents, dès lors, comment avoir l’impression d’avoir des nouveaux membres. Au final, seuls les humains (Cora et Liam) et Jaal l’Angara m’ont conquis. Par contre, la tronche du héros de base… Quel manque de charisme…

    Si l’histoire est pas mal, elle avait quelque chose qui me gênait et tu as mis la main dessus. Elle rappelle trop celle de la précédente trilogie. Aucune réelle originalité, sinon le système des Pionniers.

    Bref, un bon jeu. Mais certainement pas une claque. Un petit 8/10 de ma part.

    Ah oui, étant sourd, je lis sur les lèvres et j’ai été choqué de voir à quel point j’arrivais à lire certains mots, voir même des phrases, des lèvres des personnages. C’est très fort ! Au final, j’aimais bien les expressions faciales un poil exagérées, j’avais l’impression d’être dans du Telltale. Ça rend les personnages plus expressifs et attachants. J’ai été déçu par le patch… 🙁

    PS : il est possible de réinitialiser toutes les compétences contre un tout petit d’argent (vraiment une misère) dans la cabine de Lexi sur le Tempête. Vraiment cool pour tester différentes combinaisons de pouvoirs. Une bonne idée.

    • Baron Wolfisheim

      Je ne savais pas pour la réinitialisation des pouvoirs. Bon, faut dire qu’avec une armure qui te donne pas loin de 30% EXP en plus, j’en avais pas vraiment besoin, j’ai pu mettre quasi tout les points dans toutes les compétences.

      En tout cas, en te lisant, je remarque que l’on a trouvé les mêmes points négatifs sur le jeu. A la différence de tes compagnons, j’ai pris Peebee qui changeait radicalement de comportement face aux Asaris que l’on a l’habitude de cotoyer et le vieux Krogan qui me faisait pas mal rire.

      • Ah, pas mal cette armure, j’aurais bien aimé l’avoir 😀 . Peebee, je l’aimais beaucoup. J’aurais pu coucher avec elle dans le jeu, mais je me préservais pour Cora. Résultat, j’ai pas réussi 🙁

        J’aimais bien dans le jeu qu’on puisse se la jouer Star-Lord avec des vannes à gogo dans les situations chaudes.

        Sinon ton prochain jeu ? Je me tâte entre Nier: Automata et Prey.

        • Baron Wolfisheim

          Je suis tellement en retard sur mes jeux…
          Si je dois en acheter un, ce sera le nouveau Fire Emblem qui sort dans pas longtemps sur 3DS. Et sur console, je partirais bien sur un Horizon Dawn Zero. Ce jeu m’a l’air excellent.

          • Finalement, je me suis pris Prey et je me suis régalé sur la première heure.