Critique : Alien: Covenant

Poster du film Alien: Covenant avec Katherine Waterston

Cette fois-ci, on m’entendra crier

Fiche

TitreAlien: CovenantTitre VO
RéalisateurRidley ScottScénaristesJohn Logan, Dante Harper
ActeursMichael Fassbender, Katherine Waterston, Billy Crudup, Danny McBride, Demián Bichir
Date de sortie10 / 05 / 2017Durée2h 02
GenreHorreur, Science fiction, ThrillerBudget111 000 000 $

Les membres d’équipage du vaisseau Covenant, à destination d’une planète située au fin fond de notre galaxie, découvrent ce qu’ils pensent être un paradis encore intouché. Il s’agit en fait d’un monde sombre et dangereux, cachant une menace terrible. Ils vont tout tenter pour s’échapper.

Photo de l'intérieur d'un vaisseau d'Ingénieurs dans Alien: Covenant

Quand tu te retrouves dans un truc comme ça, tu fais quoi ? Tu te barres, on est d’accord.
Eux, qu’est-ce qu’ils font ? Bien évidemment.

Critique

Après un Prometheus défendu par les uns et rejeté par les autres. Alien: Paradise Lost a pointé le bout de son nez. Toujours avec Ridley Scott à la barre. Puis finalement, le projet a plaqué son ancien titre parce que tu comprends, il aimerait bien savoir ce qui existe ailleurs. Puis finalement, on l’a recroisé deux jours plus tard avec son nouveau mec qui a le même prénom, Alien: Covenant. Surtout, il a réussi à entretenir une zone de flou assez hallucinant pour un long-métrage de ce calibre. C’est simple. Avant de voir le film, je ne savais pas ce que j’allais voir. Une suite de Prometheus ? Un nouvel Alien ?

Chose rassurante. Contrairement à ce que laissait présupposer la bande-annonce, Alien: Covenant n’est pas un remake d’Alien, le huitième passager. De plus, il est plutôt conseillé d’avoir vu Prometheus avant celui-ci. Néanmoins, est-ce pour autant qu’Alien: Covenant est un bon film pour la saga ? Ma réponse est sans appel : non. Non pour la saga Prometheus. Non pour la saga Alien. Une double négation qui ne se transforme malheureusement pas en un oui.

Un beau doigt d’honneur à Prometheus

Tout d’abord, en tant que suite de Prometheus, c’est clairement un flop. Alors que ce dernier se terminait avec une note d’espoir me laissant envisager le meilleur pour la suite. Notamment, la promesse d’un voyage au Paradis afin d’en savoir plus sur les Ingénieurs (superbe trouvaille du film, justement). Alien: Covenant balance un twist qui renie cette promesse. Et bien méchamment. Du doigt d’honneur suivi d’un crachat au visage. Pour tout te dire, ça m’a fait le même effet que le début d’Alien³. Celle où tous les survivants du deux hormis Ripley crèvent. Dès lors, au revoir, les promesses de l’exploration d’un nouveau pan de l’univers où il y a des Aliens pour répondre à la question : qui était la créature dans le vaisseau ? Bonjour, l’Alien classique, pour ne pas dire bankable (trop tard, c’est dit)… Le pire, ça reste toujours un préquel. Il nous apporte donc des réponses. Sauf qu’il s’agit d’éléments dont on s’en fichait de savoir d’où ils venaient. Maintenant, le mythe en est même amoindri. C’est malin, ça.

Autre problème. Le côté trop classique de cet Alien. Le film du jour reprend les éléments les plus iconiques de la saga pour un pot-pourri sans réelle saveur. Je me pose même la question de savoir si on a réellement un moment surprenant ? Pas vraiment si on excepte les prises de risques, mais étant donné qu’elles ne conservent que le pire de Prometheus, difficile de me montrer satisfait. Je n’oublie pas non plus les scènes d’action grand-guignolesques qui colle assez mal.

Le syndrome Fox

Encore une fois, le film souffre d’un mal récurent des productions de la Fox. Une trop grande exposition de leurs stars au détriment des icônes de leurs sagas. C’est le même symptôme de la maladie qui frappe les films X-Men. Comme par hasard, on retrouve même un des acteurs concernés : Michael Fassbender. Alors qu’on en fait trop sur lui en tant que Magnéto dans les X-Men (au point de faire du recyclage), c’est encore une fois le même problème pour Alien: Covenant. L’idée derrière son personnage n’est pas mauvaise. C’en est même délicieusement pervers et glauque. Seulement, et j’ai envie de le dire bien fort (mais j’ai la flemme d’écrire en majuscules parce que c’est chiant à cause des accents), ça n’a rien à foutre là. D’autant plus que ça ruine le côté mystique des Aliens, mais bon, je l’ai déjà dit.

Autre problème aussi, le nouvel équipage est bien faiblard. Pourtant, il y a Danny McBride que j’adore. Bémol, le mec est tellement bridé qu’il en devient fade. Le sosie de Ripley dont j’ai déjà oublié le nom jouée par Katherine Waterston est bien sympathique, mais illustre à merveille le problème d’une saga qui peine à se renouveler. Certes, le premier Alien et les trois suivants ont été marquants par le fait que ce soit une héroïne féminine qui combat les monstres. Mais là, ça devient lourd, surtout après Elizabeth Shaw pour Prometheus. Pourtant, la Fox a la solution sous les yeux : Aliens par James Cameron. L’exemple parfait de comment étoffer une saga en évitant de recycler les mêmes éléments.

Ridley Scott, has been en train de détruire la saga qui l’a lancé ?

Le problème est peut-être tout simplement masqué par Ridley Scott. Je soupçonne la Fox d’utiliser son aura pour cacher le fait qu’ils ne savent pas où ils vont. Tout de même, renier Prometheus à ce point parce que certains ont râlé… Je ne m’en suis pas remis. Si le bonhomme a toujours autant de talents pour livrer des images léchées et des passages gores sympathiques. Il n’a clairement plus la passion qui va avec. À chaque film qu’il livre, toujours le même problème. C’est beau, mais c’est creux. Je ne veux pas être méchant, mais heureusement qu’il ne réalise pas Blade Runner 2049… Une deuxième saga culte de niqué, ça m’aurait fait mal.

Par qui se dit que la Fox aurait dû laisser Neill Blomkamp faire son Alien 3, le12 mai 2017.

Photo d'une attaque alien dans Alien: Covenant

« Je t’avais dit qu’il fallait plier les genoux avant de soulever cette caisse ! »

Conclusion

Un Alien très décevant. Si le film est assez solide techniquement pour empêcher de s’ennuyer, difficile de se montrer satisfait. À bouffer à tous les râteliers (suite de Prometheus, Alien classique et tentative d’asseoir un nouvel arc), il ne s’est révélé, à mes yeux, réussi sur aucun des points. Au final, un film que j’apprécie pour ses passages gores, ses nouveaux Aliens et ses scènes d’action dont un totalement whatzefuckien, mais sans plus. Et dire qu’ils en ont prévu encore deux… Je me demande bien ce qu’ils vont pouvoir raconter tant ils semblent à court d’idées.

+

  • Visuellement, c’est pas dégueulasse même si parfois les FX sont limite-limite
  • On s’emmerde pas
  • Alien, quoi
  • Quelques petits passages gores bien sympa

  • Prometheus totalement renié
  • Un équipage dont on s’en branle
  • Développe la mythologie Alien au point de commencer à la ruiner
  • Le délire avec Fassbender
5/10

Advertisements
A propos de l'auteur : (2717 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.
  • clarkio777 Emeryte Fan

    Je pense qu’ils n’ont pas voulu prendre le risque de nous faire un film trop philosophique, cest dommage car faire une suite reussie à prometheus aurait permis de rehausser ce film.

    Les questions restent nombreuses : qui sont les ingénieurs ?
    D’où viennent ils et pourquoi ont ils créés les aliens ?
    On ne le saura peut être jamais, on préfère les explosions à foison.

    J’irai le voir lundi, les films de sf se font rares au ciné.
    La fox se plante bcp qualitativement ces derniers temps.

    J’espère qu’arthur et la planète des singes seront réussis eux.

    • Tout ça, parce que certains voulaient voir plus d’Aliens… Ils auraient mieux fait de continuer la saga Prometheus et en parallèle, donner à Blomkamp, les moyens de faire son Aliens 2. Tout le monde aurait été content.

      • Vincent Barriera

        Ce qui me désole, c’est surtout le sort réservé aux Ingénieurs. J’adore les histoires mystérieuses de création de l’humanité par des êtres anciens, extraterrestres, surhumains ou même divins et les représentations dites bibliques détournés (comme par exemple le fait que le Paradis aurait pu être un monde sinistre et glauque, Dieu un ingénieur chef et Jésus son fils tué par les humains et dans ce cas les xénomorphes sont des démons quoi).
        Exemple : Assassin’s Creed. Tout le monde râle (non sans raison) à cause du manque de clarté de l’histoire des Précurseurs. Pourtant, j’adore tout ça. Tout en se basant sur une théorie réellement retenue dans notre monde (théorie dites des anciens astronautes), la saga a su concevoir une mythologie explicative avec de nombreux détails (comme le fait que si les religions du monde ont autant de points communs, c’est parce qu’elles s’inspirent toutes de l’histoire de Ceux-Qui-Etaient-Là-Avant, les Fragments d’Eden, etc).
        Là par contre, le potentiel est gâché. On aurait pu en apprendre plus sur les mystères des Ingénieurs, s’ils avaient réellement créé l’humanité, pourquoi, etc mais bon…

        Après, niveau Diable on a David qui rempli plutôt bien la fonction et oui c’est assez glauque et pervers quand on y pense. D’autant plus que je suis d’accord avec la critique de Nick, le passage sur Weyland et David tient la route dans sa critique je trouve. Euh par contre, ça nique (pardon pour la vulgarité mais voilà) la logique de la Reine Alien. A la limite, si le xénomorphe créé par David en premier était la Reine ok mais là, il n’y a plus aucune logique dans l’histoire.

        • On est bien d’accord.

          Sinon, on voit que David créé l’œuf. Ainsi, il répond à la question :
          qui est venu en premier, l’œuf ou la reine ? XD

          Y a même une réplique où il proclame vouloir créer une reine, je crois.

          • Vincent Barriera

            Mdr XD

            Oui je crois aussi qu’il y a une réplique mais ça ne résoudra rien je pense. Il y a toujours le problème des Ingénieur qui avaient l’air ultra intéressants ais bon…

    • Vincent Barriera

      Un film trop philosophique ? On en parle de la réplique du début de Guy Pearce (qui a laissé ses prothèses au placard au moins) ?