Critique : Do Not Disturb

Do Not Disturb repose sur une idée simple et amusante : et si deux meilleurs amis complètement hétérosexuels décidaient de faire un film porno gay juste tous les deux afin de tenter une expérience pour le moins surprenante ?

Advertisements

Critique : Exam

Exam : 8 candidats, 1 feuille chacun et 80 minutes. Seul objectif : répondre à la question… mais ils n’ont pas la question ! Préparez-vous à vivre le pire entretien d’embauche jamais vu.

Critique : Les Seigneurs

Après Expendables et Avengers, voici une nouvelle réunion de stars avec les poids lourds de la comédie française. Il manque peut-être Gérard Depardieu mais à quel poste ? Avec Olivier Dahan sur la chaise du réalisateur, on ne sait pas sur quel pied danser, l’homme était capable du pire comme du meilleur et il n’a jamais touché à la comédie. Toutefois, le gros avantage du film est de parler foot, un sport rarissime au cinéma.

Critique : Savages

Savages a un but : être le cri primitif d’Oliver Stone pour dire : Non, je ne suis pas mort ! Il faut dire que l’ancêtre à l’impressionnante filmographie avec quelques films devenus cultes a sacrément perdu la main.

Critique : People Like Us

Dans le genre bon film même pas sorti en France, People Like Us est éligible. En plus, tous les ingrédients sont réunis pour s’offrir un bon petit succès : deux acteurs bankables (Chris Star Trek Pine et Elizabeth Hunger Games Banks) et une histoire inspirée de faits réels.

Critique : Jason Bourne : l’héritage

Je ne vais pas te mentir (oui, oui, des fois je te mens, au moins par omission, non, non, ne me demande pas, je ne te dirais pas sur quoi), Jason Bourne n’a jamais été ma tasse de thé. J’ai visionné la trilogie d’une traite pendant les vacances de l’été 2007 – là par exemple, tu vois que je te mens parce que j’en ai aucune idée de quand est-ce que je les ai regardé mais je les ai bien vu, quoi ? Ça t’emmerde que je te mente, ben attends, Jason Bourne, c’est un film d’espionnage, tout le monde ment. Enfin… ça, ce serait dans un monde idéal.